Le « pacte » de la mise en œuvre du PNIA 2 signé

0
143
Gonom
e Premier ministre promet que le PNIA 2 d'éradiquer l’extrême pauvreté.

(AIP) – Le Premier ministre, Amadou Gon Coulibaly et les partenaires du monde agricole, technique et financier ont signé mercredi au Salon international de l’Agriculture et des ressources animales (Sara), le « pacte » du deuxième Programme national d’investissement agricole (PNIA 2).

Le PNIA 2 d’un coût de 11. 905 milliards FCFA va s’étendre sur la période, 2018 à 2025 autour de six domaines comprenant notamment le renforcement et le développement de la valeur ajoutée en matière d’agriculture, de gestion des forêts, d’élevage et de la production halieutique.

Le chef du Gouvernement a félicité les partenaires du monde agricole pour la signature de ce document qui a pour but de fixer les bases à moyen et long terme du secteur agricole, spécifier les engagements de la politique du Gouvernement et des partenaires au développement et clarifier les attentes du secteur agricole.

Selon lui, le PNIA 2 s’inscrit dans la continuité des cadres définis au niveau international, régional, national, et a pour but de réduire la pauvreté en milieu rural et d’assurer la sécurité alimentaire et valoriser la production agricole par la création d’emploi. «Le PNIA 2  prend en compte les grands axes de la politique agricole régionale et l’intégration des problèmes liés au changement climatique », a-t-il indiqué.

Il a encouragé le privé à investir dans le secteur agricole tout en confirmant l’engagement du Gouvernement à jouer sa partition.

Le chef du Gouvernement a également rassuré que les ressources budgétaires allouées au secteur agricole seront en hausse pour atteindre  progressivement 9 à 10% à l’horizon 2025.

Le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Sangafowa Coulibaly a fait savoir que le PNIA 2 est aligné sur le Plan national de développement (PND) 2016-2020.

Il s’inscrit, a détaillé le ministre dans la continuité de cadres stratégiques définis aux niveaux continental et régional du Programme détaillé pour le développement de l’agriculture africaine (PDDAA) adopté à Maputo en 2003, de la politique agricole ouest-africaine, de l’engagement des pays à dédier 10% de leurs budgets nationaux à l’agriculture, dans l’optique d’atteindre des taux de croissance agricoles annuels de 6%, de la déclaration de Malabo de 2014 sur la transformation de l’agriculture, de l’adoption par les Nations unies des objectifs de développement durable (ODD).

Les partenaires du monde agricole, technique et financier ont réaffirmé leur détermination à soutenir la politique du PNIA 2 en vue d’aider à l’éradication de l’extrême pauvreté et à la création d’emploi.

Conçu pour couvrir la période de 2018 à 2025, le PNIA 2 dont la vision est la transformation structurelle de l’économie agricole, couvre le secteur agro-sylvo-pastoral et halieutique, ainsi que la gestion de l’environnement, indique-t-on.

Laisser un commentaire