la Côte d’Ivoire disposée à aider le Congo à développer la culture du cacao

0
173
dscn2423_fileminimizer

(adiac-congo) – Engagée dans la promotion de la filière du cacao, la République du Congo peut compter sur l’appui du premier producteur mondial, a indiqué le 19 avril à Brazzaville, l’ambassadeur de Côte d’Ivoire, Thérèse N’Dri Yoman, à l’issue d’un entretien avec le ministre en charge de la Recherche scientifique, Martin Parfait Aimé Coussoud Mavoungou.

« Je pense que ce serait possible si le Congo accepte qu’on reproduise l’expérience avec une adaptation par rapport à son milieu naturel. Même si nous sommes en Afrique, il y a une certaine variété au niveau du climat et de l’environnement forestier. C’est tout à fait aisé que la Côte d’Ivoire puisse appuyer le Congo dans l’amélioration de la culture du cacao d’autant plus que les premiers cacaoyers ivoiriens sont partis du Congo », a-t-elle déclaré.

Les bons résultats de la Côte d’Ivoire en matière de production du cacao sont consécutifs à la recherche scientifique. « Cette amélioration de la production, fondée sur la recherche scientifique, a permis de mettre en place des variétés qui résistent aux climats difficiles, aux parasites et aux insectes. Cela a permis à la Côte d’Ivoire d’avoir les cacaoyers de bonne qualité avec une production importante », a expliqué Thérèse N’Dri Yoman.

Le Congo et la Côte d’Ivoire ont noué leurs relations diplomatiques en 1975. Dans le domaine de la recherche scientifique, les deux pays sont liés par un accord de coopération signé en 2013.

Dans la même optique, deux conventions ont été conclues entre l’Institut national de recherche agronomique du Congo et le Centre national de recherche agronomique de Côte d’Ivoire ; et entre le Centre de recherche océanographique de Côte d’Ivoire et l’institution sœur du Congo.

Le Congo qui vient de décider de développer les filières de manioc, cacao et banane plantain pourrait tirer profit de l’expérience ivoirienne dans la recherche agronomique, la production des semences améliorées et le développement des cultures vivrières.

Laisser un commentaire